Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 09:40

  


LE PEUPLE PALESTINIEN...



40.jpg


boytankbig.jpg


bodies.jpg


jeune_fille_12.jpg


femme_militaire_.jpg


khnyns12-04e.jpg


prisoners.jpg


Sans-titre-12-copie.jpg


rachidovic-blida.gif



domain-649c01d5e4

 

domain-7c292de3c8

 


Repost 0
Published by Rachidovic - dans Société
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 08:42

 

RACHIDOVIC-BLIDA.jpg

 

Sous l’orchestre de l’ancienne dictature où il fut l’un des plus grands trompettistes, tout allait  comme sur des roulettes ! Selon ses partitions diffusées via les torchons du Parti Unique, ça baignait dans l'huile. Le grand Benchicou n'avait alors jamais composé de musique sur l'univers carcéral Algérien... Prisons et prisonniers ? Silence radio ! L’emmurement des Algériens en raison de leurs opinions, les assassinats d’opposants, la discrimination et la chasse au Blidi (…) ?  Pas un seul mot ! L’injustice ça n'existait pas, d'ailleurs !  La hogra, non plus... L'Algérie et son peuple croquaient la belle vie... De même que sa « révolution agraire » (de toutes les faillittes), son «L'homme nouveau » (qui nacquit avec sa Mahchoucha -fusil à canon scié), son «L'Homme qu'il faut à la place qu'il faut» (dans un pays où les bédouins et les pseudo moudjahidines gouvernent et dirigent les citadins, les intellectuels et les vrais révolutionnaires),...

Or, après les tragiques et douloureux évènements du 5 octobre 1988, qui ont libéré le peuple et réduit en cendre son monde magique , où il fut à la fois, en plus de grand chef trompettiste, prostitué intellectuel, masseur et cireur de pompes professionnel, l'enfant de Miliana bascule subitement et magistralement d'une extrémité à l'autre. Du jour au lendemain il devint, à l'instar de ses acolytes, «combattant de liberté », devint découvreur de la Hogra en Algérie, du favoritisme, la corruption, les magistrats faussaires et corrompus, les faux moudjahidines, l'univers carcéral, l'injustices.... Et pour couronner la couronne, il devint même écrivain-détective. Et comme les scrupules ne l'étouffent pas, il créé le "PRIX DE LA LIBERTÉ D'EXPRESSION",... !  Il est en retard, n’est-ce pas, hein ?

Quel sacré culotté ce Benchicou !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Rachidovic - dans Politique
commenter cet article
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 18:42

          Par Pierre Lavoisy                                                                                                                                                                Participant au dialogue intereligieux à Saint Amand-les-Eaux depuis 1995, j’ai eu la chance de faire connaissance avec des musulmans qui m’ont permis d’approfondir mes quelques connaissances de l’Islam. J’en avais eu une première approche au Centre Spirituel du Haumont dans les années 1993 puis par des contacts amicaux au sein d’associations qui luttèrent pour le respect des droits de la personne humaine, en particulier au moment de la purification ethnique en Bosnie.

Chrétien membre de l’Église Réformée de Valenciennes-Saint Amand, je précise que tousmes propos n’engagent que moi et moi seul et s’il m’arrivait de choquer certains des lecteurs, je leur prie à l’avance de m’excuser et de croire que tel n’est pas mon but. En outre les bribes de savoir que j’ai, pourront m’amener à dire des aberrations sur l’Islam et je serai reconnaissant que l’on me les signale.

Dans le témoignage qui suit, je parlerai des enrichissements divers que j’ai eu la chance de vivre au contact des nombreux échanges, et j’achèverai par évoquer brièvement ma prise de position religieuse vis-à-vis de l’Islam.

Premiers contacts

Mes premières lectures de la traduction par Denise Masson du Coran me donnèrent une impression de flou artistique et de répétitions et mes habitudes de lecture de la Bible se heurtaient à l’absence quasi-totale de narration.

Puis la formation au centre du Haumont et la lecture des commentaires de Jacques Berque dans sa traduction du Coran me révélèrent une architecture textuelle dont j’ai saisi vaguement les arcanes.

À partir de ce moment, j’ai classé le Coran dans la catégorie des poèmes épiques et des chansons de geste. Cette conception m’avait été également suggérée par l’ancienne émission religieuse sur l’Islam, le dimanche matin sur France 2, et plus particulièrement par la psalmodie d’introduction qui m’envoûtait.

La beauté, l’un des plus beaux noms de Dieu ?

La conversion de Maurice Béjart m’intriguait, jusqu’à ce que je fis le rapprochement avec les pas de danses, la chorégraphie et les arabesques des calligraphies. J’y trouvais une unité plastique en harmonie avec les psalmodies du Coran.

C’est ainsi que le contact de l’Islam m’amena à faire de la beauté, au sens esthétique du terme, un nom de Dieu. Et il m’est arrivé de dire à des amis musulmans que leur religion était belle.

L’élégance et la noblesse

Ne comprenant pas la dimension rituelle des prières (sâlat), des discussions sur le savoir-vivre ensemble amenèrent tout naturellement à parler de la politesse et de la correction dans les échanges. Ces civilités qui nous distinguent de l’état animal s’imposent encore plus dans les contacts avec une personne importante : on s’habille bien, on ne le fait pas attendre,on est poli et déférent … Et que dire lorsque nous avons rendez-vous avec le Seigneur des Mondes ! Je retrouvais ainsi la coutume de mettre ses habits du Dimanche et d’arriver à l’heure pour aller au culte ou à la messe. La salât est donc un acte de déférence à l’égard du Créateur.

En outre dans nos échanges avec Lui, il nous est demandé d’être nous-même : en fait nous ne sommes jamais aussi nus que sous l’oeil de Celui qui sonde les cœurs et les reins. Or les psychotropes, alcool en particulier, créent une situation mentale non authentique, ne parlet’on pas de paroles d’ivrognes ? Et les amis musulmans, que je fréquente, me semblent vivre en permanence sous le regard de Dieu, ce qui justifie théologiquement le refus de la consommation d’alcool.

L’Islam m’apparaît ainsi comme une belle et noble religion qui demande, pour paraphraser Jacques Berque, à l’homme de pratiquer le bel agir. Vous comprendrez pourquoi les souillures provoquées par les agissements criminels de fanatiques islamistes radicaux me sont insupportables : ils blasphèment les beaux noms de Notre Créateur.

Le devoir de témoignage et le refus de l’enfouissement

Le courant laïciste français a pour volonté de maintenir l’expression religieuse dans le domaine privé et domestique et de l’exclure de toute manifestation publique. Il avait eu pour effet de complexer les chrétiens qui vivaient leur foi comme une maladie honteuse à ne pas exhiber dans les discussions et rencontres mondaines diverses. Ce profil bas, dit d’enfouissement, occultait l’obligation pour tout croyant ayant accepté le don de la Révélation de ne pas s’en cacher et de témoigner de sa foi.

Or les musulmans ne cachaient pas leurs convictions et demandaient de bénéficier d’un espace public dans la cité pour leurs pratiques cultuelles, ils ont ainsi fait sauter le verrou en imposant une interprétation libérale traditionnelle de la législation française sur la laïcité. Ils ont ainsi contribué à réveiller un certain nombre de chrétiens en leur rappelant leur devoir de témoignage.

Le péché contre l’Esprit et le dénégateur (kâfir)

Dans les Évangiles de Matthieu, Marc, Luc il est dit que le blasphème, ou péché, contre l’Esprit, est le seul à ne pas être pardonné. C’était pour moi incompréhensible et je n’étais satisfait par aucune note lue. Puis au cours d’une discussion sur le Coran , j’établi le lien avec« celui qui occulte la Vérité après l’avoir reçue » (interprétation littérale de Jacques Berque).

Il m’apparut évident que refuser le don de la Révélation, après qu’elle fut personnellement offerte par le Créateur, amène une telle créature à jouir du mal qu’elle commet à l’égard de leurs semblables. Et je songe à certains personnages historiques tristement célèbres En d’autres termes les dénégateurs sont des croyants qui font alliance avec le mal et j’en ai déduit qu’un être humain n’avait pas le droit d’accuser quiconque d’être kâfir.

L’amitié

Un des plus beau cadeau que j’ai reçu est certainement l’amitié de musulmans, dans le respect de nos convictions, sans lesquels je n’aurai sans doute pas eu une telle approche enrichissante de l’Islam. Je sais que ces amitiés vont bien au-delà de nos personnes et qu’elles sont la manifestation de notre Dieu dont la Paix est un des noms.

Conclusion

Je n’ai pas abordé les problèmes théologiques liés à la Révélation chrétienne que je confesse, par exemple l’incarnation divine ou le dogme chrétien du Dieu unique Trinitaire, non par gêne, mais parce que c’est un autre sujet. Mais je puis dire que je ne suis pas en accord avec le magistère catholique qui voit dans la religion musulmane une forme incomplète de la Révélation et qui affirme, dans « Dominus Iesus », que seule l’Église catholique accède à la plénitude de la Vérité divine.

De même je n’ai pas exposé mon point de vue sur la naissance d’un islam français et européen intégrant les Lumières du XVIIIième, naissance liée à la tragédie du déchaînement fanatique. J’ai simplement tenté de montrer en quoi la Révélation Coranique, cet hymne thawîd, est, pour le chrétien que je suis, un Rappel et une source d’enrichissement. Je souhaiterais achever ce témoignage par un passage du verset 48 de la sourate V du Coran où je fus particulièrement interpellé par le mot « don » :

« …

Si Dieu l’avait voulu,

Il aurait fait de vous une seule communauté.

Mais Il a voulu vous éprouver

Par le DON qu’il vous a fait.

Cherchez à vous surpassez les uns les autres

dans les bonnes actions.

Votre retour à tous, se fera vers Dieu ;

Il vous éclairera, alors, au sujet de vos différends. »

Amis lecteurs et lectrices, connus et inconnus, que l’Unique vous accompagne dans la vie de tous les jours.

 

               Pierre Lavoisy

                                     source: www. photosmiracles.blogspot.com

 

 

 

Repost 0
Published by Rachidovic - dans religion
commenter cet article
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 04:27

 

Les parents de Ryan et Leo © momlogic.com  
  Des jumeaux de couleur différente sont nés au mois de juillet à Berlin en Allemagne. Cas extrêmement rare, mais pas impossible. Les deux garçons s’appellent Ryan et Leo, et sont les enfants d’un couple mixte. Florence, la mère est originaire du Ghana tandis que Stephan, le père, est originaire de Postdam en Allemagne.

« Ryan est sorti en premier et les choses se passaient tranquillement. Mais quand Leo est né, je n’en croyais pas mes yeux » a déclaré le docteur, Mme Birgit Weber. Elle affirme avoir assisté à près de 10 000 naissances en vingt années de carrière, mais n’avoir jamais vu un événement pareil.

« Les deux enfants ont bien le même père » a-t-elle ajouté. Les jumeaux sont nés le 11 juillet, mais avaient été gardé à l’écart des médias jusqu’à ce que la presse soit invitée. Source grioo.com  Voir la vidéo ici

 

                         
Repost 0
Published by Rachidovic - dans insolite
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 19:05

 

Indian cobra (Naja naja) se trouve sur tout le continent de l'Inde (à l'exception du Nord-Est). On le trouve aussi au Sri Lanka, au Pakistan, au Népal, au Bhoutan et au Bangladesh. Le venin de cobra indien contient une puissante neurotoxine post-synaptique. Le venin agit sur les lacunes synaptiques des nerfs, des muscles, ce qui paralyse et peut conduire à une insuffisance respiratoire ou un arrêt cardiaque. En dépit de sa réputation effrayante, seulement 10% chez les humains sont morts des suites de morsures

Sinon espérons que cet enfant est vivant !

 

Repost 0
Published by Rachidovic - dans Pages chocs !
commenter cet article
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 21:40


 

Boumediene est mort en 1978, le 27 décembre. Il avait 46 ans.

C’était une grande perte pour ses compagnons de lutte (1), ses disciples aussi.

On regrette ses blagues du genre : « la révolution agraire ! », « on va créer l’homme nouveau ! », Je vous épargne le reste.


Boumediene c’est l’archétype du grand branleur fils à papa (ou plutôt fils à maman), qui aura réussi toute sa vie à vivre grassement sans rien foutre, en se démerdant de toutes les manières possibles pour capter le plus de pognon sans travailler, et ainsi passer son temps à faire à la fois du tourisme et des études.au nom de la "révolution" (Tunisie, Egypte,  Maroc, etc), bien loin des horreurs de la guerre, des souffrances du peuple. Sans parler de ses études des révolutions russochinoise entre autres, c'est-à-dire la culture de la science rouge. C’est ce mode de vie qui l’aura sans doute achevé avant l’âge.

Nationaliste, patriote, Boumediene l’était jusqu’à l’os. La preuve ? Il est pour l'histoire, tout comme son frère ennemi Benbella (et pas mal de super "vrais" moudjahidines), un des principaux artisans de la guerre civile déclenchée juste à l'aube de l'indépendance - avec son fardeau supplémentaire  de centaines de mort  pour rien, sinon pour le "koursi" des sanguinaires assoiffés de pouvoir ! Ce n'est pas tout. Sachez qu'il avait un faible, un amour terrible pour Blida et les siens. Au point de n’avoir jamais été en visite officielle dans cette ville !... Pourtant ville importante de par son histoire et son rôle dans les rouages du pays, sans compter qu'elle se trouve à quelques 20 mn seulement d'alger...


Pourquoi tant de ressentiment, pourquoi tant d'aigreur anti BLIDA ?   


Patience, les amis, j'arrive et vous saurez inchallah toute la vérité que l'on vous cache depuis 1962. 


UN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE digne de ce nom aurait-il accepté de faire partie de ceux qui ont pu faire tout ce mal à un peuple comme le nôtre ?... un peuple qui venait tout juste de sortir saigné par une guerre de libération terrible qui a duré près d'une décennie avec la facture que l'on sait ?
Maaliche, messieurs les moudjahidines en papier, la justice des hommes n'existe pas en ce pays martyr, mais n'oubliez surtout pas que celle de Dieu existe ! Ceci d’une part.


De l’autre, sont redevables au leadership du grand Boumediene et ses disciples, la cource à la GOURBISATION construction de Blida, à l’image des "gourbis" publics que l'on appelle sans honte aucune :"mairie" telle que par exemple celle de la cité musulmane, la "poste" telle par exemple celle de bab dzaïr, etc. De même que la masse informe que l'on a érigée en plein centre ville et que l'on appelle scrupuleusement "wilaya de Blida". Et j"en passe le carnaval en béton que l'on a érigé à Bab dzaïr au lieu et place du gigantesque hôpital Ducros (plus de 500 lits + un espace vert immense) que les génies du FLN " rasèrent" et, juste après leur forfait, se mirent à pleurnicher à chaudes larmes face aux micros de la radio, sur le manque de lits et d'hôpitaux à Blida !

Eh oui, tout ceci, et tant d'autres réalisations, est redevable au leadership du grand Boukharouba et ses acolytes aux mains tachées de sang des (vrais) révolutionnaires.

Les articles de (sa) presse, de ses cireurs de pompes à l'image des grands Benchicou, Belhouchet, A. Mahmoudi et j'en passe le reste des trompettistes de la désinformation, ne nous avaient pas dit s’il est mort emporté par son chagrin d’amour pour Blida et les siens, ou par son chauvinisme pro russe et chinois, ils nous ont dit juste qu’il est mort d’un cancer fulgurant. Radio trottoir parlait quant à elle d'assassinat par empoisonnement...


Ce billet se veut un hommage à la mémoire du raciste Boumediene, assoiffé de pouvoir, sanguinaire, archi rancunier, qui aura su tromper une bonne partie d’Algériens pendant plus de 15 ans. Jamais une fête dans le monde "rouge", sino-cubo-mosco-arabo-Baathiste, sans que Boukharouba n’y soit. Mao c’était un nullard face à Boumediene. Brejnev kifkif. Castro, un moins que rien ! Saddam et Kaddafi ? Des cafards...


Orateur, Boumediene l’était, mais il était aussi toujours partant pour un règlement de compte direct ou déguisé avec Blida et les siens. Quitte à employer les grands moyens médiatiques. Tel que par exemple la "fabrication" de toutes pièces d'un salaud Blidi dans le fameux la bataille d'Alger avec la complicité de la balance condamné à mort puis amnistié (gratuitement)...


Pourquoi la haine du BLIDI ?


Patience les  amis, on y est presque.


D'autre part, s’il en a bien gonflé la ville de Blida jusqu’au rang de wilaya, c’était juste l'unique moyen de brasser vite fait les siens afin de mieux contrôler la situation d’abord, faire bien éclater Blida et les siens ensuite. Le résultat est devant nos yeux, clair comme le jour. Chadli, son héritier du trône, s’en est charger d’achever la sale besogne. A quel prix ? Massacre de la ville et sabotage de la mitidja ! la plus importante plaine agricole du pays. Qu’importe à Boumediene et ses disciples la disparition de toutes les terres d’Algérie, agricoles ou pas, lorsqu'il est question de régler un vieux compte avec la ville des jeunes qui ont osés accueillir le "colonel" (Boumediene) en 1964, par des tirs d'oranges en pleine gueule !... au point de prendre ses pieds à son cou et démarrer en trombe dans sa DS... Pour ne plus y mette ses pieds à Blida depuis !


Voilà pourquoi, chers compatriotes, Boumediene n'a pas été en visite officielle à Blida pendant tout son règne (et pourquoi cette discrimination anti Blidi resta en vigueur dix autres années après sa mort !).

Voilà pourquoi on a privé Blida (et les siens) d'infrastructures publiques convenables, de sa ville nouvelle, de sa part d'argent pour se reconstruire, de son plan... Voilà pourquoi 100 juifs et non un seul Blidéen. Voilà pourquoi on a   depuis cet incident à nos jours nourri le sentiment de haine et de rejet anti Blidéens. Et voilà enfin pourquoi le GOUVERNEMENT s'en est allé dans son délire raciste anti Blidis jusqu'au point d'altérer la vérité en fabricant via une "balance" une calomnie  anti BLIDIS, intitulée HASSANE BLIDI. Tout cela avec l'argent du peuple, la bénédiction des super vrais moudjahidines et le silence complice de nos vaillants journalistes.

Les tueurs des moudjahidines authentiques n'ont pas hésité à recourir à l'intoxe et la fabrication de grossiers mensonge dans un film qui retrace de hauts faits d'armes voire des vérités historiques, juste pour lancer le discrédit et l'opprobre collectif sur des Algériens. Bref, passons. 

Et Dieu dans tout ça ?


Bah, c’est connu, l’islam a toujours été religion des Etats arabes alliés de Moscou, la Mecque de l’athéisme constitué. D’ailleurs, Boukharrouba était fervent pèlerin de la Kaaba du kremlin. Combien avait-il accompli de hadj et omra là-bas, en la terre sainte des croyants pas du tout comme les autres ? A la pelle ! Il était profondément croyant, d'ailleurs, jusqu’au degré d’emmurer vivant le moindre égaré qui oserait prononcer Dieu plus fort qu'il en fallait au de-là des 5 prières quotidiennes ! Tout comme d'ailleurs celui qui oserait critiquer Boumedienne ou sa "thaoura zérîiya" (révolution agraire)... Les "Bouchkara" et autres corbeaux étaient embusqués partout et nulle part et veillaient au grain...

En bref, Boumediene c’était l’incarnation de l’islam quoi. La preuve, sous son règne, l’alcool (bières et vins en tout genre) était presque gratuit et ça se  vendait comme des ptits pains, dans les grandes surfaces des monoprix d'un État proclamant l'Islam sa religion ! Quant aux bordels, maisons closes, sachez que chaque ville possédait son propre monument communal (unique édifice public où le drapeau national brillait par son absence) ! Avec bien sûr, carte blanche, priorité et facilités de paiements pour la caste d'intouchables, les "prioritaires", les Algériens pas du tout comme les autres; de première classe... 

Espérons qu’il ait eu la présence d’esprit de régler l’ardoise avant d’avoir passer l’arme à gauche.


On ne se fout pas de la gueule de quelqu’un qui est mort ?


Ah bon, au nom de quoi ?


Les centaines de milliers d’Algériens tombés (et qui tombent toujours) sous les balles de l’armée nationale populaire et celles des soi-disant forces de sécurité entre autres, tout le monde s’en tamponne, mais eux ne sont pas des"morts" !  Algériens non plus... Ils sont des "terroristes" ! Il n’y a guère que la mort des  "rouges, quelqu'un, houkouma", et ceux qui se sont investi par la force des armes présidents, qui attirent respect et attention des médias et policiers de la parole…


Ok je compare Boukharouba à un tyran raciste ou à des anonymes, et alors ? Boumediene devrait avoir un traitement de faveur parce qu’il s’est fait investir lui-même président ? Est ce que sa mort excuse son règne raciste ? Est-ce que durant son règne le sang Algérien n'a t-il pas coulé injustement et des Algériens n'ont-ils pas été emprisonné, humilié, assassiné, en raison de leurs opinions ? Tous ces morts ne sont-ils pas les nôtres ? Est ce que la mort de quelqu’un effacerait ses torts ? Dans ce cas la mort des barbares tels les Bengourion, Sharon, Perès et j'en passe excusera leurs torts... Celle des autres bouchers, les cannibales Bush 1 et 2 Blair et les autres  aussi alors...


Je n’aurais certainement pas eu l’occasion de dire ce que je pensais de l’insignifiant Boumediene avant aujourd’hui. Pendant son règne, ses longs, voire ses interminables discours télévisés via l'unique chaîne disponible alors, Internet n’existait pas. Je n’avais pas encore de blog, ni songer qu'il en existerait pour en avoir un jour. La célébration du trentième anniversaire de sa mort me donne l’occasion de parler de lui.


Je devrais peut être attendre quelques jours avant de sortir ce billet, le temps que les préparatifs se fassent ?


Non, d’abord il y a la mort qui me guette à chaque instant, ensuite parce que demain comme aujourd’hui, tout le monde se foutra qu’on évoque l'emmureur des ulémas et tous ceux qui ne pensaient pas comme lui ...

Alors comme c’est un non événement, j’en profite aujourd’hui pour glisser subrepticement cette petite crotte de nez dans sa tombe.


Je sais, je suis un salaud !


          (1) - la clique qui a fait la révolution et la résistance hors d'Algérie !... "Par téléphone", comme disait feu M. Nahnah ! La résistance bien loin de la guerre et ses malheurs, loin des cris de la torture, les souffrances, les peines, les deuils et les douleurs du peuple... La révolution business quoi ! Ils nous prennent pour des cons avec leurs histoires à dormir debout !

Tout comme l'histoire de l'autre clique qui, elle, a fait la résistance retenez-le bien en..."jouant au football" au paradis Européen !  Et, le comble du comble, on l'appelle aujourd'hui scrupuleusement et solennellement, voire religieusement : "glorieuse équipe du FLN" ! N'importe quoi ! C'est beau la révolution business, n'est-ce pas hein ? "Ils faisaient propager la cause Algérienne !", trompettent les trompettistes des despotes masqués.

Repost 0
Published by Rachidovic - dans CALVAIRE BLIDÉEN
commenter cet article
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 09:12

 L’ hypertrichose est un développement anormal du système pileux . Pour être clair et simplifier:
1- elle peut être congénitale, donc présente à la naissance, et se manifestant dès l’enfance. Dans ce cas, elle est souvent d’origine génétique, donc héréditaire (transmission autosomique dominante). C’est très rare. On en a étudié jusqu’ici une centaine de cas. Il semble que Pedro Gonzales fut le premier cas étudié au XVIème siècle , répertorié, et peint. Comme le tableau qui peint l’hypertrichose du seigneur Gonzales se trouve à Vienne, au Kunsthistorische muséum, et fait partie de la collection connue sous le nom d’ Ambras, du château du même nom, ancienne résidence d’été de Ferdinand II de 1566 à 1570, près d’Innsbruck. l’hypertrichose fut donc connue aussi sous le nom de syndrome d’Ambras. Exemple assez rare pour qu’il soit souligné, où un tableau de peinture peut donner le nom à une maladie ! 
Il semble que Pedro Gonzales fut le premier cas étudié au XVIème siècle , répertorié, et peint.
Comme le tableau qui peint l’hypertrichose du seigneur Gonzales se trouve à Vienne, au Kunsthistorische muséum,et fait partie de la collection connue sous le nom d’ Ambras, du château du même nom, ancienne résidence d’été de Ferdinand II de 1566 à 1570, près d’Innsbruck. l’hypertrichose fut donc connue aussi sous le nom de syndrome d’Ambras. Exemple assez rare pour qu’il soit souligné, où un tableau de peinture peut donner le nom à une maladie !

 

C’est le type d’hypertrichose le plus grave et le plus spectaculaire:
L’hypertrichosis lanuginosa congé-nitale (hypertrichose universelle congénitale) se traduit en effet par une pilosité fatale qui demeure et n’est pas remplacée par un duvet ou des poils terminaux, elle commence à s’accroire de manière exagérée. Le nourrisson est déjà anormalement fortement velu à la naissance.
La pilosité s’accroît sans cesse jusqu’à ce que tous les téguments, à l’exception des paumes des mains et des faces plantaires, soient recouverts de fins poils d’environ 10 cm de long.
Cette pilosité est permanente et ne diminue que légèrement parfois avec l’âge.
Il existe parfois des malformations associées, le plus souvent de la dentition (en 2002, on observa même un cas de surdité, provoqué par l’envahissement excessif des poils à l’intérieur de l’oreille).
Moins de 100 cas de cette rare anomalie ont été recensés à ce jour.
Le cas de Petrus Gonsalvus, né à Ténérife, dans les îles Canaries en 1556, est le plus célèbre.
2-La forme acquise, l’ Hypertrichosis lanuginosa acquisita est encore plus rare.Dans la soixantaine de cas connus, elle apparut, comme son nom l’indique, à un moment donné de la vie, soit à la suite d’une maladie tumorale (type cancer ou tumeurs digestives, bronchiques,mammaires, biliaires, de l’utérus…), soit à la suite de carences, maladies métaboliques,ou comme conséquence d’effets secondaires de certains médicaments (cyclosporine par exemple). Cette hypertrichose acquise,peut donc être mortelle selon son origine.L’hypertrichose de Pedro Gonzales est celle du premier type.Il la transmettra à ses trois enfants (filles et un garçon), et comme Antonietta se maria plus tard et eut un garçon atteint (poilu), on peut donc dire qu’il transmit aussi son hypertrichose à son petit-fils.
Les tableaux représentant ses enfants sont connus car leur père exhibait facilement, on le verra, sa progéniture.(j’avoue que sur ces documents-là, les références, titres et dates ne sont pas là ou peu crédibles sur Internet).
Et je n’ai pas le temps ni les moyens d’aller en Autriche… Bien qu’en hiver cela m’aurait bien plu.

 


Même si c’est fréquent, il ne faut ne faut pas confondre l’hypertrichose avec l’hirsutisme qui chez la femme n’est qu’un excès du développement normal son système pilaire, de l’existence d’une pilosité dans les zones normalement glabres chez elle : la face, la poitrine,la ligne ombilico-pubienne,les faces internes des cuisses, mais aussi les fesses, les épaules, le dos, et qui adopte une topographie dite « masculine ».
L’hirsutisme ne se développe qu’à partir de la puberté car il est du à un déréglement hormonal (excès de synthèse de testostérone par l’ovaire et la corticosurrénale, et autres hormones qui dans les cellules de la peau controlent la pousse du poil.En fait ce déréglement est plus compliqué que cela et met en jeu d’autres hormones, et je ne veux pas entrer dans un cours d’endocrinologie). La pilosité anormale se traduit essentiellement sur la face et le thorax. Elle se mesure avec l’échelle de Lorenzo qui va de 1 à 4.
L’hirsutisme s’accompagne chez ces jeunes filles de troubles associés tels que acnée, morphologie androïde et, toujours dans le sens du virilisme, une hypertrophie du clitoris.
Si je précise cela, c’est que l’imagerie et l’imagination populaires se sont nourries très vite de ces pilosités anormales ou du moins exagérées pour consolider les histoires d’ homme-loup, loup-garou, pour ne pas parler du succès des femmes à barbe !

 

De Zénora à Julia Pastrana, de Viola à Clémentine Delait, toutes eurent leurs heures de gloire. Une belle exposition a retracé l’existence de quelques-unes. Je n’en retiens que deux autres :
la femme à barbe du film Freaks de Ted Browning (1932), et le portrait de Madeleine Ventura avec son mari et son fils, de Jusepe de Ribera, peint en 1629-31 et visible à Tolède.


Le mari derrière semble médusé, tout calme bienheureux, l’air timide, l’esprit un peu brouillé pour ne pas dire confus.Faut dire que derrière sa femme, il n’a pas l’air de faire le poids !
Une longue inscription latine explique les conditions de la commande de ce tableau par le duc d’Alcala, qui voulait que Ribera peigne  » une merveille de la nature « . Madeleine Ventura, originaire des Abruzzes près de Naples, n’avait vu sa barbe pousser qu’à l’âge de 37 ans. (on est dans un cas d’hirsutisme, non pas d’hypertrichose, vous l’avez compris).Elle ne fit son enfant que 15 ans plus tard, à l’âge de 52 ans, ce qui semble beaucoup quand même, surtout pour l’époque !
Toujours est-il que ce portrait de femme allaitant son bébé, est inoubliable, à plus d’un titre.
Bien que…Je ne me souviensplus, si je l’avais vu, lors de mon voyage à Tolède avec Edouard et Marceau,il y a presque 40 ans…Complètons l’histoire du père et de ses enfants.
Il faut dire que très jeune, il avait été offert en cadeau à la cour d’ Henri II comme s’il avait été un animal en peluche.Vif et intelligent, avec son hypertrichose et sa présence marquante, il y faisait fureur comme curiosité amusante. Henri II en fit un des ses plus importants ambassadeurs, tout en lui donnant instruction et éducation.
C’est ainsi que Pedro Gonzales se retrouve ensuite dans les Flandres, à la cour de Margaret de Parme.
Par la suite, à cause de son originalité et héritée chez ses enfants, il va parcourir de nombreuses cours d’Europe, être invité dans toutes les fêtes,et s’exhiber ave eux comme curiosités de la nature,exemples et specimen de

la manière dont la nature maligne peut envahir un corps humain pécheur.

.Les grands médecins ou hommes de sciences les examinent.

 


- En 1592, le médecin et professeur de l’Université de Bologne Ulysse Aldrovandi examina les Gonzales et décrivit leur cas dans son livre illustré de gravures sur bois, lequel reçevra le titre de  » Histoire de Monstres « .
Tout l’oeuvre est numérisée.
L’image ci-contre est tirée de ce livre Monstrorum historia cum paralipomenis historiae omnium animalium Bartholomaeus Ambrosinus. – Bologne, N. Tebaldin, 1642 (cote BIUM 881)
Pour ceux qui veulent voir d’autres gravures exceptionnelles de monstruosités humaines, ou de belles chimères voir cette page.
Elles sont toutes étonnantes.
Bon d’accord, ce n’est pas le bon adjectif.Mais c’est notre tragédie de sentir et de chercher en même temps l’adjectif qui pourrait contenir sa cause et sa conséquence.

 

Des portraits et les descriptions de la vie de la famille Gonzales sont également trouvés dans le sketchbook daté 1582/83 du grand Georg Hoefnagel, (si célèbre pour toutes les cartes et gravures coloriées d’une multitude de villes ou de paysages européens de cette époque),dans le asterreichische Nationalbibliothek (bibliothèque nationale autrichienne) à Vienne.
Hoefnagel est à mon avis le précurseur d’Arthus Bertrand, courant la planète pour la voir d’en haut. A.B. lui n’a qu’à louer un hélicoptère.Hoefnagel ne pouvait que rêver voler, et voler en dessinant ‘rêve avoué dans cette vue étonnante’ dominée par un poisson volant !Parti d’Espagne, Pedro Gonsalvus passe par les Flandres pour arriver en Italie. Cours européennes, peintres, graveurs,scientifiques, artistes, rencontreront par la suite la famille pour voir son hypertrichose .
C’est finalement tout un survol de l’Europe à la fin du XVIème siècle que nous oblige à faire le portrait d’Antonietta Gonsalvus par Lavinia Fontana. Source : link

Repost 0
Published by Rachidovic - dans insolite
commenter cet article
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 04:53
Repost 0
Published by Rachidovic - dans Pages chocs !
commenter cet article
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 00:07

 

000000blidardjel.jpg

Agée aujourd'hui de 72 ans, elle vit dans la misère et n'a jamais reçu la moindre aide financière

 

LIMA Son record date de mai 1939 et n'a jamais été battu mais Lina Medina n'en a cure. Agée de 72ans, elle lutte aujourd'hui contre la misère et, contrairement à ce que l'on aurait pu croire, son exploit ne lui a jamais rapporté le moindre sou...

 

 Revenons en avril 1939. Les rebouteux de Ticrapo, un petit village des Andes, s'avouant incapable de soigner une petite fille dont le ventre prenait des proportions anormales, ses parents la conduisirent à l'hôpital le plus proche. Le diagnostic fut clair et sans appel: Lina Medina n'avait pas de tumeur, elle était enceinte!

 

 Un mois plus tard, le jour de la fête des mères, Lina mettait au monde par césarienne un beau bébé de 2,7 kg qui sera prénommé Gerardo, en hommage à l'obstétricien qui a pratiqué l'accouchement. Elle avait alors 5 ans et 7 mois et devenait la plus jeune mère du monde. Lors de l'opération, on put constater que la gamine présentait des organes sexuels matures. Précisons aussi que Lina avait eu ses premières règles à 2 ans et demi!

 

 Lorsque la jeune maman et l'enfant purent quitter l'hôpital, Lina retourna à ses poupées tandis que Gerardo fut pris en charge par une nourrice. Ce n'est d'ailleurs que par une indiscrétion que Gerardo apprit, à l'âge de 10 ans, que sa grande soeur était en fait sa mère...

 

 Le mystère de la conception

 

 On ne sut jamais comment Lina fut fécondée ou si elle fut violée. On soupçonna, un temps, son papa d'inceste et ce dernier fut même emprisonné, puis relâché faute de preuves.

 

 En fait, on reparle aujourd'hui de cette étonnante histoire à la faveur du livre écrit par un obstétricien, M. Sandoval, qui s'est passionné pour le cas de Lina. Il a rencontré une masse de témoins, y compris le mari de Lina. Mais cette dernière a refusé de replonger dans cette période étrange de son enfance. Après la naissance de son bébé, Lina se vit offrir de multiples propositions de contrat aux Etats-Unis et dans d'autres pays où les scientifiques brûlaient d'examiner ce cas unique. Le gouvernement péruvien promit aussi aide et assistance mais rien ne vint et il opposa même son veto à tout contrat, arguant que cela représentait `un danger moral´ pour Lina et son bébé.

 

 Plus tard, Lina se maria et elle eut un second fils, 33 ans après le premier. Le sort s'acharna encore sur elle récemment lorsqu'elle fut expropriée de sa maison pour le chantier d'une autoroute. L'indemnisation se faisant attendre, Lina et son mari habitent aujourd'hui dans un bidonville de Lima surnommé Little Chicago et espèrent sans trop y croire qu'à la suite de ce livre, le gouvernement accordera enfin à Lina la pension qu'on lui promet depuis plus de 60 ans.

 

 Quant à Gerardo, il est mort en 1979, à 40 ans, d'une maladie de la moelle épinière. Certains pensent que la cause de ce décès est à chercher dans le très jeune âge de sa maman...

 

Le record de Lina, maman à 5 ans et 7 mois, est tellement exceptionnel que plus de soixante ans plus tard, il a peu de chances d'être battu. Source : link

Repost 0
Published by Rachidovic - dans insolite
commenter cet article
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 03:25

blidardjel00000

  La ville qui jadis fut nommée ville des roses, c'est-à-dire ville de l'art de vivre, la ville qui fut chantée par les grands poètes, la ville qui dès l'aube des transports en commun dans le monde possédait déjà ses autocars "Blidéens", son tramway, ses gares l'une ferroviaire l'autre routière, ou en est-elle aujourd'hui ? Ou en est BLIDA après un demi siècle d'indépendance ? 

Non, Blida ne dispose pas après 49 ans d'indépendance des autocars super luxes pour le transport des personnes, mais le fait plutôt par fourgons conduits pour la plupart de délinquants. Non, la ville des roses ne dispose pas d'un TGV, ni encore moins un Tramway moderne. Elle n'a plus rien, même pas une gare convenable, ni routière ni ferroviaire. Voire pas même un abri-bus pour les voyageurs dans sa pseudo garre routière. Ni toilettes publiques ! Ni marché décent !... Parce que depuis 1962 Blida est la seule ville qui s'est mise à progresser à reculant avec la bénédiction du FLN et la 1ere RM. C'est pourquoi au lieu et place d'évoluer, la ville de Sid Ahmed El Kebir a plongé dans les profondeurs des ténèbres du moyen-âge ! Et l’on trouve pourtant du culot pour fabriquer à coups de milliards des complexes  SPORTIFS, l'un au bénéfice des militaires (sans compter le parc d’attraction que l’on avait à l’origine fabriqué pour les militaires également et leurs familles), et l'autre au bénéfice d'une autre clique et ses supports afin qu'ils puissent "jouer" au ballon et insulter  en choeur nos visiteurs, voire même Dieu (Que son Nom Soit Exalté !)... Sans compter les sommes faramineuses que l’on a gaspillées à tort et à travers pour la mise en place et les réparations sans nombre de fois d’un téléphérique à usage de LOISIRS... Alors que non seulement la population locale a grand besoin d'outils de travail, de KHEDMA, et dispose en matière de chômage du taux le plus élevé du pays, mais en plus, et c'est là où le bas blesse, la  défunte ville des roses ne dispose d'aucune infrastructure d'accueil convenable voire décente  Ses visiteurs, Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, Algériens et étrangers qui débarquent par milliers chaque sont accueillis comme voire pire que du bétail sauvage: ni abri, ni toilettes decentes, ni ordre.


 Eh oui, on ose fabriquer des stades pour les JEUX et des stations télécabines pour le DIVERTISSEMENT et les  LOISIRS cependant que nos hôtes se font humilier chez-nous dans l'indifférence quasi générale.  Des hotes qui non seulement sont accueilli dans une zoubya, mais qui, plus grave encore, sont contraint en cas de besoin pressant de se soulager en pleine rue, comme des chiens -et j'en ai vu pas mal de personnes à l'oeuvre dont beaucoup de femmes en raison de l'absence de wc publics en ville, de même qu'en la décharge que l'on appelle scrupuleusement "Gare routière" de BLIDA. Une gare routière où de jour comme de nuit, qu'il pleuve ou qu'il vente ou même qu'il tombe des cordes, des êtres humains sont livrés à tous les caprices du temps, sans aucun abri !... Au su et vu de bataillons d'élus, de responsables civiles et militaires, qui passent leur temps à se foutre de nos gueules en s'agitant sans rien foutre tout au long de l'année, sous couvert de slogans creux : "Du peuple pour le peuple, Au service du peuple, Au nom du peuple (...)".  Quel peuple ? Que la honte soit sur eux, tout le temps jusqu'à la fin des temps ! 

Près de cinquante ans d’humiliation du citoyen à Blida avec la bénédiction des autorités civiles et notamment militaires aveugles et égoïstes, tandis que le président de la république, les walis, et j’en passe les ministres ne cessent de défiler sans voir ce qu’une taupe aurait facilement découvert !

J’ai épluché les programmes politiques qui se sont succédés et concernant Blida je n’ai pas trouvé  UN SEUL interlocuteur qui soit digne de confiance et à la hauteur du travail qu’il y a à faire. Je n’ai trouvé aucune structure politique ou associative qui dans leurs prétentions à commander la ville ou à œuvrer pour la ville et sa terrible situation une idée qui puisse être agréable ne serait-ce que pour la vue.

En tout cas, la municipalité pourra toujours peindre et repeindre les trottoirs, les poteaux et les lampadaires (usés jusqu’à la corde qu'ils sont), les quelques arbres qui eux aussi refusent de mourir malgré la déchéance, mais elle n’enlèvera pas l’échec, les stigmates partout criant de vérité, la honte de son incompétence en matière de gestion de la ville et notamment de ses habitants qui sont devenus malgré eux COUPABLES d’un système qui les a robotisé. Je suis devenu malgré moi et c’est ma condition qui parle et jamais mon apparence dont je n’ai point honte, un ENNEMI local de cette ripoublique. Je suis un ennemi intérieur parce que je suis Blidéen fier de l’être et j’ose l’exprimer. Je suis trahi par mon pays. Je ne me suis jamais JAMAIS senti aussi mal dans ma vie que depuis cette injustice qui n’est pas d’aujourd’hui, mais qui maintenant montre son visage.

Ceci est ma contribution de sous-citoyen bafoué, à la ville à laquelle je suis très attachée parce que j’y suis né, y habite, mes racines y sont et l’apprécie suffisamment pour la défendre.

Funeste, un enragé silencieux qui n’a jamais cru aux mensonges d’une république qui se dit algérienne démocratique et populaire mais qui n’est que tribaliste, ethniciste et Blidophobe.


Repost 0
Published by Rachidovic - dans CALVAIRE BLIDÉEN
commenter cet article

Présentation

  • : Rachidovic
  • Rachidovic
  • : Rachidovic est l’émient, le grand, l’unique et l’incontesté auteur de ce blog, si vous vous interrogez sur son identité, suivez la piste dans "profil". (NB: la liste est incomplète)
  • Contact

Profil

  • Rachidovic
  • Suis ni scientifique ni scientologue, ni physicien ni astrologue,
ni visionnaire ni philosophe, ni Vernes ni Strogoff,
ni médecin ni arracheur de dents, ni devin ni même charlatan,
ni alchimiste ni journaliste, ni pharmacien ni arboriste,...
  • Suis ni scientifique ni scientologue, ni physicien ni astrologue, ni visionnaire ni philosophe, ni Vernes ni Strogoff, ni médecin ni arracheur de dents, ni devin ni même charlatan, ni alchimiste ni journaliste, ni pharmacien ni arboriste,...

Texte Libre

  >

Recherche

Archives